MALEK BENSMAÏL

Malek Bensmaïl est né à Constantine (Algérie) en 1966. Très tôt il a tourné des films en Super 8. Depuis ses études en cinéma à Paris et sa formation aux studios Lenfilm à Saint-Pétersbourg, il s’est consacré à la réalisation de documentaires.

Tous ses films sont liés à l’histoire de son pays. Son style cinématographique dessine les contours complexes et sensibles de l’humanité. Pour le réalisateur, le cinéma est avant tout un moyen au service de la réflexion et des échanges culturels. Applaudis par la critique, ses films ont reçu des prix dans de nombreux festivals autour du monde.

Récemment, Malek a eu l’honneur d’être en résidence à la Villa Kujoyama pour son prochain film. Son dernier long-métrage, La Chine est encore loin (2010) a remporté le Grand Prix du Dokfilmfestival de Munich et le Prix du Jury au Festival des 3 Continents. Avant cela, Aliénations (2004) lui avait valu le Library Award au Festival du Cinéma du Réel et le Prix Magnolia au Festival de Shanghaï.

Filmographie

(extrait)

  • 2013 - ULYSSE, LE BRÛLEUR DE FRONTIÈRES ET LA MER BLANCHE DU MILIEU
    (film et installation)
    2012 - GUERRES SECRÈTES DU FLN
    2010 - LA CHINE EST ENCORE LOIN
    2005 - LE GRAND JEU
    2004 - ALIÉNATIONS
    2003 - ALGÉRIE(S)
    2001 - DES VACANCES MALGRÉ TOUT
    2000 - DÊMOKRATIA
    1999 - BOUDIAF, UN ESPOIR ASSASSINÉ
    1998 - DECIBLED
    1997 - ALGERIAN TV SHOW
    1996 - TERRITOIRE(S)

Malek Bensmaïl signe en 2013 pour «Marseille, Capitale Culturelle Européenne», un film/installation, Ulysse, le brûleur de frontières et la mer blanche du milieu.

En 2010, La Chine est encore loin, chronique située dans les Aurès et traitant de la transmission des savoirs en Algérie 50 ans après l’Indépendance, sort sur les écrans français et algériens.

Guerres secrètes du FLN en France (2012) revient sur l’histoire peu connue du combat mené par le FLN sur le territoire français lors de la guerre d’Indépendance.

En 2005, Le Grand jeu, censuré en France et interdit d’antenne en France et en Algérie, interroge la complexité d’une démocratie balbutiante en étudiant la fabrication d’un homme politique «d’opposition» lors de la dernière campagne présidentielle algérienne.

Dans Aliénations (2004), il suit médecins et malades dans le service de psychiatrie de Constantine, sa ville natale, et tente modestement de comprendre les souffrances que peuvent vivre aujourd’hui les algériens.

Algérie(s) (2002) est une longue enquête menée avec Thierry Leclère sur la décennie sanglante en Algérie.

Boudiaf, un espoir assassiné (1999), un documentaire sur le président algérien assassiné en direct à la télévision, six mois après son retour d’un exil de trente ans. Un film qui donnera matière à une fiction courte, Demôkratia (2000), fable philosophique sur la machinerie du pouvoir absolu dans un pays totalitaire imaginaire.

Des Vacances malgré tout (2001), tourné avec une famille émigrée hors du commun, décrit la rencontre difficile entre ceux qui ont émigré et ceux qui sont restés au pays.

Territoire(s) (1996), confrontant images d’archives, extraits de films de propagande, de fictions, et images documentaires, met en perspective les violences archaïques en Algérie et dans le Monde arabe et les violences post-modernes et médiatiques en Occident.